Projets-pilotes : encourager l'appropriation par les acteurs

Evaluation et articulation des projets-pilotes dans le système éducatif sont à l’ordre du jour en 2020.

Entr’Apprendre, une expérience inspirante pour la formation continuée des enseignants

Story-Me, au cœur des enjeux de l’orientation positive et des transitions

Rentrées numériques pour l’Education (avec Educ-IT), au cœur de la stratégie numérique pour l’Education


Entr’Apprendre, une expérience inspirante pour la formation continuée des enseignants

   

Le projet Entr’Apprendre est déployé depuis 2014 dans l’enseignement secondaire qualifiant en collaboration avec l’IFC (Institut de la Formation en Cours de Carrière) et les organismes de formation continue des fédérations de pouvoirs organisateurs (FCC et CECAFOC), avec le soutien du Fonds Social Européen (via le CCGPE), et le concours d’une trentaine d’entreprises partenaires, à Bruxelles et en Wallonie. Pour rappel, ce projet propose aux enseignants une immersion en entreprises de 2 jours (après préparation distance et avant débriefing et contextualisation vers la classe). Aux 5 secteurs historiquement engagés dans la formation continue des enseignants en entreprise (Chimie, Construction, Industrie, Economie, Alimentation), s’ajoute en 2019/20 celui de l’Agronomie, grâce à l’investissement de la Société Royale Forestière. Cette immersion dans près de 30 métiers différents, dont une majorité répertoriés en demande ou en pénurie sur le marché du travail, est plus que jamais saluée par les acteurs de l’école. Ce dispositif contribue en effet à (re)connecter les écoles avec ceux-ci. Pour les enseignants du qualifiant, L’opportunité de mettre à jour ses connaissances d’un métier ou d’un secteur, de manière directe grâce à une immersion en entreprises, permet de rattraper l’évolution très rapide de certains métiers, pour lesquels les formations classiques ne peuvent pas toujours arriver à temps… Les retombées complémentaires d’Entr’Apprendre ont permis d’initier des collaborations positives relatives aux stages, à l’alternance, ou au partage de matériel pour les ateliers, qui offrent aux élèves des opportunités supplémentaires de bénéficier d’une formation de qualité.

A l’aube de la réforme de la formation continuée des enseignants, prévue pour cette législature – pour rappel, les acteurs du Pacte se sont exprimés en faveur d’une formation en entreprise pour les enseignants du qualifiant tous les 3 à 5 ans (cf. Avis numéro 3, 2017)-, Entr’apprendre devrait trouver une place de choix dans les formations mobilisables par les enseignants des écoles techniques et professionnelles, notamment dans le cadre des plans de formation* continue. Une réflexion peut aussi être initiée pour tirer les enseignements de l’expérience acquise avec Entr’Apprendre au bénéfice des enseignants du premier degré du Secondaire, qui auront une responsabilité accrue en matière de soutien à l’orientation de leurs élèves.

*Pour rappel, chaque école est appelée à réaliser un tel plan de formation en fonction de ses défis propres, tels qu’identifiés dans le cadre de son plan de pilotage.

Enfin, à l’heure de boucler ces lignes des places en entreprises restent disponibles (consultez-les ici), notamment en février et mars 2020. Le catalogue et les fiches entreprises sont consultables sur www.entrapprendre.be

*Pour rappel, chaque école est appelée à réaliser un tel plan de formation en fonction de ses défis propres, tels qu’identifiés dans le cadre de son plan de pilotage.

 

STORY-ME, au cœur des enjeux de l’orientation et des transitions réussies

Depuis 2017, STORY-ME propose un parcours entrepreneurial aux élèves (autour de 3 axes : estime & confiance en soi, découverte des métiers et mise en projet), et des formations destinées aux enseignants, dans dix écoles bruxelloises techniques et professionnelles (plein exercice et CEFA). Fruit d’un partenariat unique entre 8 acteurs philanthropiques (dont la Fondation pour l’Enseignement) et 11 associations actives dans l’Education*, STORY-ME aura permis de toucher plus de 3000 élèves au terme de sa phase pilote, en juin 2020. Pendant 4 ans, entre la 3ème et la 6ème année du Secondaire, élèves et enseignants auront pu bénéficier d’un soutien actif pour les aider à développer des compétences–clés liées à l’esprit d’entreprendre, sous la forme de formations et d’animations articulées dans un parcours. Ce projet vise à aider chaque élève à se construire un avenir professionnel et ainsi, à lutter contre le chômage des jeunes à l’issue du parcours scolaire. En mars dernier, SM le Roi Philippe a salué publiquement ce projet lors d’une visité dans l’une des écoles partenaires. Plus d’informations à ce sujet ici.

Ce projet-pilote explore des pratiques novatrices en matière d’orientation positive, et constitue un « laboratoire vivant » pour intégrer à l’avenir des approches novatrices au cœur du système éducatif. Les compétences visées (apprendre à apprendre et s’entreprendre) seront en effet progressivement intégrées dans les attendus finaux de l’enseignement obligatoire (ces compétences intègrent notamment le futur tronc commun polytechnique et pluridisciplinaire et un accent sera mis sur les activités orientantes). Ce projet permet aussi à beaucoup d’élèves de restaurer une image de soi positive et de donner davantage de sens aux apprentissages dans l’enseignement qualifiant. Enfin, cette approche cohérente intègre la découverte des métiers et notamment des STEM dans un contexte large.

Story-Me fait l’objet d’une évaluation détaillée en 2019/20, impliquant toutes les parties prenantes et les autorités publiques, afin d’en retirer un maximum d’enseignements d’une part, et d’estimer la pertinence d’un projet 2.0 d'autre part.

Plus d’informations sur le site Internet STORY-ME : www.story-me.be

*Les fondations Bernheim, Baillet-Latour, Degroof-Petercam, BNP Paribas Fortis, Fondation pour l’Enseignement, Be Face et une autre fondation familiale. Les associations partenaires: Step to You, Groupe One, 100 000 Entrepreneurs, World Skills, Missaly, Odyssée, Arktos, Young Thinkers, Vlajo, Les Jeunes Entreprises et Youthstart.

 

Rentrées numériques pour l’Education (Educ-IT)

Depuis janvier 2019, la Fondation pour l’Enseignement (FPE) accompagne les « rentrées numériques pour l’éducation » (proposées en 4, 5, 6ème Secondaire), initiées par l’asbl Educ-IT, reconnaissant à ce projet-pilote des qualités pour concrétiser plusieurs ambitions de la Stratégie Numérique pour l’Education du Pacte pour un Enseignement d’Excellence. Sa phase pilote en cours doit permettre d’évaluer la pertinence d’une mise à l’échelle dans les années à venir, aux côtés d’autres approches selon les besoins et les choix faits par les écoles pour relever leurs défis pédagogiques.

La Fondation pour l’Enseignement a en effet constaté que ce projet-pilote est un projet inclusif permettant d’adresser de manière cohérente et concertée les aspects-clés liés à :

  • un équipement et des technologies suffisamment unifiés et maîtrisables dans le cadre d’une école ; en l’espèce chaque enseignant et chaque élève est équipé d’un « chrome Book » (portable) ;
  • la formation des technopédagogues des fédérations de pouvoirs organisateurs ;
  • la formation et l’accompagnement des enseignants et référents numériques des écoles ;
  • l’animation et les pratiques collaboratives entre membres de l’équipe éducative, et entre enseignants et élèves, notamment par la co-construction et l’échange de documents en ligne ;
  • la volonté d’un co-pilotage associant les acteurs pour leur valeur ajoutée (fédérations de PO, Agence du Numérique et régions, Fédération Wallonie-Bruxelles, FPE et philanthropes).

La mobilisation du projet-pilote dans le cadre des plans de pilotage, identifié comme un levier par les écoles dans ses défis-propres, est un aspect qui renforce la pertinence d’un tel projet.

La Fondation pour l’Enseignement a par ailleurs défini toute une série de balises, entre autres quant au libre choix par les écoles des marques et fournisseurs d’équipements en respect des règles d’achat public ; l’adhésion en pleine connaissance de cause des conditions (y-compris le modèle de co-financement proposé) du projet par l’école et les parents; la compatibilité du matériel et du projet avec l’utilisation post-secondaire et l’accès possible aux logiciels libres ; la participation équilibrée d’écoles en provenance de différents réseaux et types d’enseignement, …

La Fondation accompagne ce projet-pilote, aux côtés des fédérations de PO, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et d’acteurs philanthropiques (dont la Fondation Roi Baudouin), en aidant à rassembler les conditions de sa réalisation, dans la perspective d’une première évaluation du projet-pilote en juin 2020. Une seconde cohorte d’écoles rejoindra le projet début 2020, afin de permettre au comité de pilotage du projet d’en faire une évaluation sur base d’un nombre assez représentatif d’écoles fin 2020.